NR 36 du 13 mai 2016

La Nouvelle République

Indre santé

Du sport pour les patients en rééducation

13/05/2016

Pas facile d'être victime d'un accident, quel qu'il soit, ou d'une opération chirurgicale, et de se retrouver dans un centre de rééducation, loin de chez soi, parfois, sans qu'on sache pour combien de temps, souvent.

Alors, depuis cinq ans, le Service de médecine physique et de réadaptation (SMPR) du centre hospitalier Tour Blanche d'Issoudun offre une journée qui sort complètement les patients en rééducation de leur cadre habituel, même s'il n'est que provisoire. Sont aussi conviés les patients en rééducation de jour et les anciens rééduqués. Le SMPR a ainsi sorti une centaine de patients de la structure. Déborah et Mélanie, qui y sont éducatrices sportives, ont organisé la journée.

L'Association des paralysés de France de l'Indre et du Cher, le Centre Algira d'Orsennes et le club alpin de Châteauroux étaient présents.

Au total, cent soixante-dix participants pour qui l'objectif était la découverte d'activités handisports et la prise de conscience des capacités physiques de chacun. De nombreux ateliers étaient proposés : le tir à l'arc (avec l'association issoldunoise Les Archers du Beffroy), des ateliers de sarbacane, boccia, curling. Le basket, le hand et l'escrime concernaient les personnes en fauteuil. L'escrime était encadrée par le Comité départemental handi-escrime de Vierzon et Bourges. Il y avait également de l'aviron, avec le club de Bourges, et de la danse. Cet atelier a permis une présentation offerte à tous en clôture de journée. L'Ufolep et le Conseil départemental ont offert des tee-shirts à tous les participants.

Mais outre la découverte de toutes ces activités sportives, les participants ont apprécié de sortir, pendant une vraie journée, du contexte de répétitions de soins, bien utiles, mais souvent individuels.

La plupart du temps, les patients en centres de rééducation ne communiquent guère ensemble, souvent à cause du programme de chacun.

La journée était une belle occasion de créer des liens et de les entretenir ensuite dans les structures. Ingrid reconnaît : « C'est une découverte sportive et un lien entre nous ».

 

Cor NR, Micheline Bougnoux